Atelier poésie en classe de 6ème

 

Les 6èmes 4 ont écrit des poésies, sur le modèle d’un poème qu’ils avaient lu et étudié dans leur livre de Français.
Chaque moitié de la classe a inventé et écrit un poème. C’était un travail commun : chacun a participé et donné des idées. Ils se sont rendus compte que travailler en groupe multipliait les possibilités et l’inventivité.

Nous sommes parfois revenus sur certains vers, moins réussis ; les élèves ont proposé des corrections, etc.
Il devaient écrire en vers, et avec des rimes, tout en réfléchissant à ce qui est vraiment « poétique ».
De vrais petits poètes !

poèmes

Atelier sur la fable

photo conteur.IMG_20151201_144143

Deux classes de 6èmes du collège ont participé à un atelier sur la fable avec les professeurs de Français, Mme Putoud et Mme Orazi. Un conteur est venu d’abord leur présenter un spectacle sur des fables de La Fontaine mises au goût du jour, développées, et contées sur fond musical. Puis pendant deux heures, les élèves ont travaillé sur la fable « Le lièvre et la tortue » et l’ont transformée pour en faire un récit au langage plus actuel.

Chacune des 2 classes a réécrit cette fable.

 

 

Le lièvre et la tortue….réécrite par les 6è4

Il était une fois un lièvre et une tortue.

Quand Lièvre croisait Tortue, il lui disait « T’es nulle à la course, même un escargot va plus vite que toi ! Tu vas tellement doucement, on a l’impression que tu fais du sur-place ! Ta carapace est-elle en plomb que tu traînes comme ça ? ».

Tortue en avait assez, ras-le-bol, ras la carapace d’entendre tout ça !

« Puisque tu es si rapide, dit-elle, on n’a qu’à faire une course pour voir … 

-Ça va pas, Tortue ? T’as mangé trop de salades ? Faire une course ? Tu es inconsciente ou quoi ? Tu sais bien que je vais gagner ? Mais ok, puisque tu as envie d’être ridicule, faisons cette course ! Je te propose de partir du grand chêne et d’arriver tout là-bas à la cascade !

– D’accord, répond Tortue. Si je gagne tu me donneras 10 cagettes de salades, et si tu gagnes tu auras 10 bottes de carottes. »

Des affiches ont été placardées dans toute la forêt pour annoncer la course.

 Venez voir la course incroyable entre l’animal le plus rapide et le plus lent. Les paris sont ouverts .

Le jour de la course arrive. Tous les animaux sont réunis pour l’événement.

Le vieux hibou perché sur sa branche donne le départ.

Allongé dans l’herbe, Lièvre regarde partir Tortue et lui dit :

« Tu peux préparer mes bottes de carottes, en attendant je vais aller cueillir des cerises ! »

Lièvre prend son temps, mange ses cerises et va prendre un bain dans la rivière. Après quoi, il s’allonge au soleil pour une petite sieste.

Tortue avance doucement mais sûrement.

Lièvre se réveille ; le soleil va bientôt se coucher. Il voit au loin Tortue à deux pas de la cascade :« Non, mais je rêve, j’ai une hallucination. »

Il se lève d’un bond , se met à courir comme un fou, allume le turbo et fonce comme une flèche. Il est proche de la vitesse de la lumière, les feuilles d’automne s’envolent sur son passage. Mais c’est trop tard, Tortue a gagné !

Tous les animaux acclament Tortue, les écureuils jettent des glands en l’air, des pom-pom girls commencent à danser, Sanglier ouvre le champagne, Canard envoie des feux d’artifices …

Tortue dit : « C’est qui le plus rapide ?».

Lièvre, sidéré, se sent honteux, ridicule, et humilié.

« Tu fais moins le malin maintenant, se réjouit Tortue. N’oublie pas mes salades ! »

Ça ne sert à rien de se dépêcher quand il est trop tard, mieux vaut partir au bon moment !

Le lièvre et la tortue… réinventée par les 6°2 !

 

Il était une fois un lièvre et une tortue. Le lièvre avait un jeu favori : se moquer, narguer la tortue : « La nature t’a oublié le jour de la distribution de la vitesse ? Tu es tellement vieille que tes pattes sont rouillées ? Passe la seconde, un escargot va te doubler. Attention, tu vas prendre racine.

– Puisque tu fais le beau et te crois si rapide, faisons une course ! »Le lièvre éclate de rire : «  C’est gagné d’avance, même ma grand-mère court plus vite ! On n’a qu’à partir de ce sapin coupé jusqu’au buisson là-bas. Comme ça, quand tu auras perdu, tu pourras te cacher dedans pour pleurer. Moi en trois bonds je serai arrivé. »

Le porc-épic vient faire le juge et le corbeau pousse un énorme  croa pour donner le départ.La tortue s’élance lentement. Le lièvre va boire un café. Il fait de la gymnastique. Du vélo. Sa lessive et une petite sieste… De temps en temps, il va voir la tortue qui chemine tranquillement : « Pas trop fatiguée ? Tu veux des roulettes pour aller plus vite ? Tu es en panne d’essence ? Peut-être faut-il recharger tes piles ? »Le lièvre est maintenant assis sous un arbre, il fait du yoga.

Quand il ouvre les yeux, il voit la tortue presque arrivée au buisson ! Le lièvre s’en étouffe, avale de travers, ses oreilles fument ! Il bondit comme un éclair et fonce comme une formule 1. Dans sa précipitation, il trébuche sur une branche et tombe dans la boue… La tortue a franchi la ligne d’arrivée. Le lièvre arrive honteux, humilié : « Mon ami lièvre, tu devrais aller prendre un bain. Tu fais moins le malin maintenant. Qui c’est qui disait que sa grand-mère courait plus vite que moi ? Ça te fait quoi d’être un looser ? »

Et depuis ce temps-là, accroché au chêne, il y a un panneau où est écrit : « Ici la tortue a gagné la course contre le lièvre ».

 

Le club cinéma à Cannes

Voici l’émission de radio d’Agora sur le club cinéma du collège :

      Club-cinema-agora
      Club cinéma St Hilaire 2015